AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Chrysopale

avatar

Nombre de messages : 51
Ville : Toulon
Date d'inscription : 06/10/2008

Feuille de personnage
Nom:
Prénom: Chrysopale
Province: Provence

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 1:04

La salle commençait à se remplir. Les convives prenaient place petit à petit. Chrys observa un instant la Dame de Beausoleil, adossée à un mur. Elle ne savait comment la remercier pour son soutient dans une pareille situation. Ses conseils lui avaient été très utiles pour la bonne mise en place et le bon déroulement de la Fête.

Quittant un instant son poste, Chrys se dirigea vers la porte de service, pour faire entrer les troubadours. Un fond sonore égairerait les humeurs de chacun, et permettrait également de ne pas devoir supporter les bruits de mastication du voisin trop fortement.




La musique était joyeuse et agréable à l'oreille. Viendraient ensuite des morceaux plus doux.


Des valets entraient maintenant, présentant le menu au Marquis et à sa promise. Lorsque le Marquis eut approuvé d'un signe de tête, le héraut s'avança et énonça d'une voix claire :


Voici le menu qui va vous être servi ce soir, en l'honneur de l'Indépendance de la Provence :




Ceci fait, la horde de valets prévus à cet effets entrèrent dans la salle, portant les entrées, et se dirigèrent vers les tables pour servir les convives, après avoir bien entendu servi le Marquis et la future Marquise.
Le repas pouvait commencer.

Tout devrait bien se dérouler maintenant. Elle pouvait à son tour prendre place à table, n'oubliant pas bien entendu de garder un oeil sur la bonne tenue du repas.
Mais où s'asseoir? Elle regarda un instant autour d'elle, tentant de ne pas sembler trop perdue. Elle aperçut Felipe, qui lui fit un signe discret, lui indiquant une table. Ah, Eavan était là bas, avec des places libres qui plus est. Souriante, elle se dirigea vers elle.


Puis-je me permettre de vous tenir compagnie lors de ce repas, Barounà?

[HRP = rappel du protocole : on ne mange pas ni ne boit avant que le Marquis ne l'ait fait]


Dernière édition par Chrysopale le Mar 25 Nov 2008 - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maël De Morrigan-Montfort

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 1:07

Côté Breton, Maël leva sa coupe à la Baroùna Eavan Gaelig...

Elle avait l'air aussi à l'aise que lui icelieu, preuve s'il en était qu'elle était dans le métier des armes en sus de son allure martiale...

Le colosse la fixa et but une gorgée en pensant:
"A ceux qui préferent le terrain..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yunette

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 35
Date d'inscription : 06/10/2008

Feuille de personnage
Nom: du Sylanssaidaure
Prénom: Yunette
Province: Provence

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 1:51

Yunette était dans la salle depuis un moment, regardant évoluer les gens autour d'elle. Elle ne savait où se placer. Elle aperçut Chrys à coté de la Baroùna Eavan. Elle en était là de ses réflexions et fini par se décider à l'aller voir, Galaad commençant à s'énerver quelque peu, il allait falloir qu'elle le nourrisse.

Chrys, te voilà, je t'avais perdue de vue. Baroùna? Puis-je prendre place?

Un petit sourire, un peu gênée, elle berçait son fils qui commençait à réclamer plus bruyamment.


Dernière édition par Yunette le Mar 25 Nov 2008 - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richelieu1
Cardinal-Archevêque de Provence
avatar

Nombre de messages : 2779
Date d'inscription : 13/06/2007

Feuille de personnage
Nom: de Sabran
Prénom: Ludovi
Province: Provence

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 1:54

S'agirait-il de la dame Mickaelle ? C'est la première amie que je me suis faite arrivée en Provence, il y a un peu plus d'un an je crois. A vrai dire, c'était la seule provençale qui était venue naturellement à ma rencontre.

Richelieu resta interdit à cette remarque. Alors sa mère connaissait donc Driweg ? Le Comte allait répondre, lorsqu'il fût interrompu par l'arrivé de sa majesté De Cianfarano.

Immédiatement le Comte se leva.

Et bien, mon ami. Point le temps de terminer mon discours que vous convolez déjà avec ma promise ?

Majesté, je me fais un devoir de veiller sur ce qui vous est cher, dit richelieu tout sourire.

Le Comte d'Apt que voici s'est montré particulièrement charmant. Vous avez une grande chance d'être entouré par des hommes de sa qualité.

Vous me faîtes trop d'honneur.

C'est ensuite la Tante de Ludovi, Anderexia qui vint à eux et qui s'installa non loin. Ludovi était ravi de la voir s'asseoir non loin. Il passerait donc une partie de la soirée avec. Une bonne nouvelle.

Il salua également Dame Kalaha, se rectrice et amie ainsi que le Baron Farok avec qui il entretenait des relations disons .... animées. il salua Eavan.

Ludovi fut également ravi de revoir Lysamaelle qu'il n'avait pas revu depuis son mariage et qu'il estimait, ainsi que son mari Deubs, que richelieu respectait également beaucoup.

Un moment lui fût offert, il répondit donc à Driweg.


Hum, je suis bien le Fils de Feu Mickaelle de Sabran. Bizarrement, Richelieu ne fit pas de tête triste à cette évocation. Le souvenir de sa mère lui apporta le sourire surtout si c'était une amie de Driweg.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Driweg Aliéniore

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Nom: De Brocéliande
Prénom: Driweg Aliéniore
Province: Bretagne

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 2:22

Driweg accueillit la Baronne de Seloun de Provence avec son franc sourire habituel.

_ "Bonjour Dame Gaelig. Vous semblez avoir la sympathie de Messire da Pazzi, sympathie qui a l'air rare, alors je suis particulièrement heureuse de vous rencontrer. J'espère que j'aurais l'occasion de vous connaître davantage après ces fêtes."

Lysamaelle vint s'installer à sa table. Driweg et elle échangèrent un regard complice.

Puis ce fut au tour de la Duchesse de Bretagne d'entrer dans la salle du banquet. Comme il ne faisait nul doute qu'elle avait sa place à la table d'honneur, la jeune femme se leva le temps de lui faire signe de venir s'asseoir près d'elle. Son fils, qui l'avait abandonné manifestement, n'aurait qu'à s'installer de l'autre coté de Richelieu.

Justement, le jeune Comte se pencha pour lui avouer son lien de parenté avec Mickaelle de Sabran. Driweg en fut ravie. Elle tourna vers lui son visage d'ange rayonnant :


_ "Quelle heureuse coïncidence !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LedZeppelin

avatar

Nombre de messages : 1331
Date d'inscription : 30/11/2007

Feuille de personnage
Nom: de Villaréal
Prénom: LedZeppelin
Province: Provence

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 2:51

LedZeppelin encore échauffée par son discours était allée respirer l'air dans les jardins jouxtant le château. Elle repense très très fort à "Ce jour-là" d'il y a 2 ans, son coeur se gonfle d'orgeuil pour son pays, même si il y a encore plein de chose à faire et à changer .... elle y croit. Elle y croit plus fort que jamais même !

La foule la mettait toujours mal à l'aise, mais elle se décide à retourner auprès des autres.

La première personne rencontrée est son grand ami, cela lui tire un radieux sourire, SuperCAC en personne en compagnie de la Baronne et Générale-Vétéran ainsi que de la future souveraine de Provence.

Elle s'approche, salue Richelieu d'un grand sourire, saluant Dame Eavan d'abord


- Bonsoir Baronne ! Heureuse de vous voir ce soir !


elle s'incline devant la Princesse.

- Bonsoir Princesse de Bretagne ! Je salue en vous ma future Souveraine et suis ravie de vous connaître !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eavan

avatar

Nombre de messages : 1258
Age : 29
Province : Provence
Ville : Arles
Date d'inscription : 03/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Gaelig
Prénom: Eavan Maeve
Province: Prouvenço

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 3:04

Eavan accueillit la remarque de Driweg sur le Pazzi avec un sourire un peu forcé, le vieux fou l'avait un peu jetté en patures, mais elle acquiesta à la seconde partie de la phrase.

Je me tiens toujours a disposition lorsqu'il ne s'agit pas de politique.

Elle sourit. Ce n'était pas vraiment le thème à aborder en ce moment. Eavan rendit poliment son salut au Còm d'Apt avec un sourire. Peu de temps passa et le menu fut annoncé tandis que des troubatours faisaient leur entrée. Distrayant. Chrysopale vint s'asseoir près d'elle après une demande très protocolaire :

Je vous en prie Chambellan, cela me fait grand plaisir.

Tandis qu'elle voyait Yunette s'approcher elle capta le regard d'un grand gaillard, n'hésitons pas, colosse breton. Il lui fit instantanément penser à Wish. Son mentor. Une ombre voila le regard d'Eavan un bref instant avant de sourire au geste du colosse. C'était un homme d'armes, cela sautait aux yeux. Et elle était honorée de cette levée de verre. Peut être dans son regard lisait elle une sorte de : "Si seulement nous étions sur le terrain". Solidarité des armes peut être aussi.
Si elle le pouvait elle proposerait bien à ce breton de tenter les joutes à l'épée organisée pour la circonstance. Il serait un adversaire admirable à n'en point douter.


Yunette arrivait avec son petit qui devait comme toutes les personnes présentes commencer à avoir faim. Et voilà qu'elle lui demandait aussi la permission de s'asseoir. Ah se vengeaient elles gentillement de sa fraicheur du début de soirée ? Arg, comment avait elle pu oublier le caractère des toulonnaises. Elle fit signe à son amie mairesse de prendre place, pour autant que cela ne trouble pas le protocole.

A peine Yu s'installait elle que la Comtesse Illustre en personne la saluait. Elle rendit un salut polie à l'aixoise. Les dernières discussions houleuses avaient du mal à se dissiper dans son esprit.


Plaisir partagé votre Illustrissime grandeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DameOceane
Sénéchal de la Garde Marquisale
avatar

Nombre de messages : 832
Date d'inscription : 04/10/2007

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 3:18

Il n'y a pas de plans de table ce soir, du fait que beaucoup d'invités sont arrivés sur le tard. Néanmoins, sur la table principale, je ne veux voir que les gens "pouvant" s'y installer. Dignitaires, Nobles, conseillers..enfin, vous m'avez compris je pense, inutile de dresser une liste. Evitez simplement que le clochard du coin s'installe à table en chantant une chanson paillarde.

Ainsi le Marquis lui avait demandé de "filtrer" les personnes pouvant s'installer sur la table d'honneur. Mouais, pas grand chose à se mettre sous la dent, puisque pour le moment, il n'y avait pas eu de clochards chantant des chansons paillardes en train de danser tout nu sur la table.

Ceci dit, cela aurait put être drôle.


Ce sera fait répondit elle

Vero, Maitwess, Eavan, Richelieu, Kalaha, Chrysophale, la Duchesse de Gascogne...., elle salua d'une légère inclination de tête toute les personnes qui gravitaient autour de la table d'honneur.

Elle souriait gentiment en voyant Eavan, mal à l'aise face à tout ce protocole. Femme d'armes, mais baronne, fallait donc s'y plier. Elle aura l'occasion de causer avec elle d'épées et autres maniements d'armes, durant la soirée.

Elle aperçut le passage furtif de son Oncle, rappelant le douloureux décès d'un Pazzi, Perturabo. Elle portait le deuil, mais se devait d'être présente, de par son rôle de Sénéchal.

Océane, tout en restant vigilante afin d'intervenir rapidement pour protéger sa Majesté, s'éloigna un peu de la table pour aller s'adresser aux convives étrangers. Elle aperçut deux bretons [ Maël De Morrigan-Montfort et Chika]habillés tout comme elle, de façon guerrière. Elle se présenta


Je crois que vous faites partie de l'escorte de la délégation bretonne. Bienvenue en Avignon. Je me présente, Océane da Pazzi, Sénéchal de la Garde Marquisale, chargée de la protection de notre Souverain. A qui ai je l'honneur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Driweg Aliéniore

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Nom: De Brocéliande
Prénom: Driweg Aliéniore
Province: Bretagne

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 3:33

Driweg accueillit Dame Necbataumer avec un grand sourire :

_ "Bonjour, Illustre Comtesse ! Je vous rencontre enfin. Votre discours d'introduction était très lyrique."

Comme Chacha s'approchait de la table [si si ^^ elle arrive], la jeune femme en profita pour la présenter.

_ "Comtesse, voici venir votre homologue la Duchesse de Bretagne, ma gracieuse amie Chacha de Guérande. Chacha, la Comtesse de Provence Emma Necbataumer, les baronnes Anderexia de Sabran et Eavan Gaelig, le Comte d'Apt Ludovi de Sabran et enfin, le Marquis des Alpes Occidentales Sa Majesté Kalanquin de Cianfarano."

[J'espère n'avoir oublié personne ^^ ça commence à faire du monde. J'éditerai si c'est le cas.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 4:12

L'entretien avec le Maréchal breton s'était soldé par une provocation en duel, et Cristòl ignorait tout de la grâce qu'avait obtenue pour lui la future Marquise des Alpes Occidentales. Il avait arpenté au côté du Vicomte de Brissac la foule, et tous deux s'étaient très naturellement dirigés vers le banquet. Manger, pour calmer la colère, manger, pour le plaisir des sens, et pour meubler le temps.
Les minutes s'allongeant depuis l'amer entretien qu'avait eu le jeune Coms de Lengadòc avec le très ancien officier de l'ost languedocien, il mesurait l'ampleur de la situation dans laquelle il s'était mise.

Lui, Grand Feudataire de France, à défier à l'épée un officier breton... Assurément, son Général y verrait l'occasion de faire payer à la Provence les circonstances de l'altercation. Cristòl savait que nombreux étaient les officiers languedociens qui avaient des vues sur quelques villes frontalières, et combien les approuvait-il !

Mais lorsque son regard se posait sur les robes de taffetas, sur les châles de soie et les souliers de vair, lorsqu'il effleurait quelque lourde tresse plongeant dans le creux d'un dos cambré, en passant, et lorsque l'éclat cristallin d'un joyau ou d'un rire touchait ses sens, alors il soupirait, et jetait une discrète œillade à son frère Hospitalier. Qu'étaient-ils venus faire au juste, à cette fête d'une Indépendance que ni l'un ni l'autre ne reconnaissait vraiment ? Peut-être étaient-ils là pour célébrer leur propre indépendance...

Cristòl n'avait rien d'un libertin, et même était-il très pieux. C'était sans le vouloir que ces femmes l'émouvaient, tant elles étaient différentes de ce qu'il avait connu dans sa jeunesse. Fraîches, précieuses, et face aux embûches de la vie dotées d'armes redoutables, celles des manières, des faux-semblants et d'une impassibilité levantine.
Avec une douloureuse acuité, il collectionnait les péchés et s'en flagellait le cœur, mais sans se résoudre à ne pas sourire à une rangée de dents nacrées, à ne pas s'incliner devant la beauté... ou le désir.

Vint le moment où la contemplation méthodiquement nonchalante de chaque invitée commença d'être lassante, et préférable, l'approche du banquet.
Savoir s'il irait ou non à la table d'honneur était une question que Cristòl peina à résoudre. Certes était-il régnant, et à cet égard, hôte de marque. Mais la Provence n'avait pas daigné l'inviter, ou alors son Grand Chambellan aura-t-il commis le méfait de ne point transmettre cette délicate attention. La méfiance à l'égard des Provençaux n'en était qu'accrue. Il dut au seul éclat d'or de la toison de la fille Brocéliande d'entraîner son ami vers la table haute. Le grondement continu de la rumeur des convives enveloppa cette progression lente et sûre.

Après une dernière hésitation, il signifia à la Baronne d'Anast sa présence, malgré la foule de courtisans qui l'entourait. Lorsqu'il fut assuré qu'elle ne pût l'ignorer, il dit :


-« Baròna, permettrez-vous que je vous présente un ami, que je n'ai eu le temps de vous présenter tantôt, lorsque la foule vous accaparait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Driweg Aliéniore

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Nom: De Brocéliande
Prénom: Driweg Aliéniore
Province: Bretagne

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 4:36

Driweg terminait les présentations de sa table lorsque le Comte du Languedoc apparut de nouveau, un grand gaillard balafré sur ses talons. Comme cela tombait bien ! Il fallait justement que la jeune femme lui dise que cette histoire de duel était abandonnée. Ne voulant pas en parler tout haut, elle posa ses longs doigts fins sur le bras du languedocien pour l'inciter à se pencher légèrement vers elle. C'est alors qu'elle lui dit :

_ "Messire de Sìarr, le Maréchal de Retz m'a parlé tantôt de votre échange de mots. Je ne veux pas mettre en doute la parole d'un ami, surtout celle de quelqu'un dont la vie même consiste à protéger la Bretagne, ses symboles et ses princes. Toutefois, ne voulant pas penser que le filleul de la meilleure de mes amies aurait pu par ses propos me manquer de respect assez gravement pour provoquer la colère du Maréchal, je prends le parti de croire qu'il a pu mal interpréter ce que vous avez voulu dire. Je l'ai donc prié de revenir sur ses menaces et à présent le sujet est clos : il n'y aura pas de duel."

Driweg retira sa main parfaitement blanche de la manche du Comte et la reposa sur la table devant elle. Puis elle lui dit en souriant :

_ "Mais vous vouliez me présenter quelqu'un je crois. Je vous écoute."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 5:34

La façon dont la Baronne le prit à partie déconcerta tout d'abord le jeune Sìarr. Et puis ses doigts sur son bras, et le Coms ferma un bref instant les yeux. Il ne devait pas se laisser aller à ces pensées qui jaillissaient à la vue de cette blondeur, à laquelle il conjuguait la rousseur de cette amie commune qu'ils avaient, qui était, somme toute, le seul lien entre eux deux. La seule raison qu'ils aient de parler.

C'était là tâche bien ardue lorsque le sujet de l'entretien tournait, peu ou prou, autour de ces pensées qu'il voulait chasser. Il ne pouvait réfréner le sentiment d'injustice qui avait jailli quand le couperet verbal du Morrigan s'était abattu sur les mots que seul un désespoir amoureux mal caché avait fait prononcer.


-« Il n'y aura pas de duel. »

Un tremblement parcourut le jeune homme, et c'était bien tout sauf du soulagement. Et son honneur bafoué ? Et l'affront que lui avait fait le Maréchal ? Le croyait-on donc offenseur, qu'il dût voir comme une gracieuse amnistie cette démarche. Il respira fortement pour ne pas que son emportement, cette fois, ne lui fisse dire des mots irréfléchis. Il parlait à une femme, et non un monomaniaque comme le Retz.

-« Dòna, seul l'amour inconsidéré que je porte à Son Altesse Marguerite de Volpilhat me permet d'accepter votre choix de m'ôter le droit de laver mon honneur... Car assurément, je n'ai offensé personne, et ai été la victime de la défaillance de l'entendement du Maréchal de Retz. Je vantais les graciles beautés féminines de votre Bretagne et me gardait de mauvaise intention à votre égard ; Morrigan a compris ni plus ni moins que le contraire. »

Il se redressa, pour confirmer que les messes basses cesseraient là, juste alors qu'il suggérait tout l'effet qu'avait eu sur lui Driweg.
Il s'effaça devant la Balafre. Cette cicatrice, combien de fois ne l'avait-il contemplée... Son propre corps de vétéran - et si jeune pourtant - était couturé en bien des endroits, mais son visage jamais encore n'avait pâti des temps de guerre. Il essayait, chaque fois qu'il voyait Tithieu, de se figurer combien on devait se sentir aliéné, de voir son visage, le miroir de son être, brusquement changer d'allure.

Viriles cicatrices, certes ; cela ne suffisait pas.


-« Baròna, voici Tithieu Chandos de Penthièvre, Vicomte de Brissac, Seigneur de Couesme, le plus estimable Angevin que je connaisse, et mon frère d'armes à l'Ordre royal de l'Hospital de Saint-Jean de Jérusalem. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chika

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 22/11/2008

Feuille de personnage
Nom:
Prénom:
Province:

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 9:34

La jeune Kreneg-Montfort était restée debout. Elle n'avait pas l'impression d'avoir sa place ici en fait. Les nobles s'installaient...

Le mieux était peut-être de rester à l'écart... Elle s'éloigna donc des tables et monta la garde non loin de la baronne.

Les effets des vins commençaient à se dissiper, le rouge de ses joues à s'atténuer...

Quand elle entendit le menu, la jeune fille se demanda quels étaient tous ces mets. Elle se dit qu'il fallait un appétit d'ogre pour pouvoir déguster tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chrysopale

avatar

Nombre de messages : 51
Ville : Toulon
Date d'inscription : 06/10/2008

Feuille de personnage
Nom:
Prénom: Chrysopale
Province: Provence

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 9:38

Chrys s'assit, profitant ce faisant de se pencher discrètement vers Eavan et lui chuchoter :

Nous sommes quittes. Mais ne me refais pas ça sans prévenir.

Un clin d'oeil, et la voilà assise auprès d'Eavan, Célia sur les genoux, un franc sourire posé sur les lèvres.
Yunette arriva et s'assit également à leurs côtés. Galaad faisait entendre sa belle voix, indiquant par là qu'il avait faim. Chrys passa une main sur sa joue. Petit bout de chou va.

Plus loin, les discussions mondaines allaient bon train. La comtesse vint saluer Eavan. Chrys écoutait distraitement, quelque peu perdue dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maël De Morrigan-Montfort

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 9:46

Le colosse voit le jeune fat débarquer dans la salle et pense:
Petit chanceux, la demande d'une princesse ne te sauvera pas toujours la vie...

Sur ce il regarda sa jeune lieutenant et lui demanda:
-"On se sent mieux?

Je pense que manger vous fera le plus grand bien..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chika

avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 22/11/2008

Feuille de personnage
Nom:
Prénom:
Province:

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 9:58

Chika regarda son maréchal.

Oui je me sens beaucoup mieux... Mais franchement vous auriez du goûter à tous ses vins aussi. Ils sont vraiment délicieux, un parfum vraiment différent de tous ceux que j'avais pu boire dans les autres contrées...

Il est vrai que je suis affamée mais... Vous pensez que je peux m'installer près du baron et vous ?

Je promets de ne pas piquer dans vos assiettes...

Chika fit un clin d'oeil et un sourire. De toute façon elle ne pensait pas pouvoir manger tout ce qui était au menu... Son estomac était trop petit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maël De Morrigan-Montfort

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 10:10

-"Naturellement que vous allez vous asseoir avec nous, vous faites aussi partie de la délégation Bretonne en tant qu'officier de Retz..." dit-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 12:00

Ayant tous deux degusté leur coupe de vin petillant et reposé leurs verres , ils se dirigerent vers l'entrée de la salle du banquet.

La main sur le bras de Max , Beli suivait celui-çi ....
Lorsqu'ils entrerent dans la salle , Beli marqua imperceptiblement un temps d'arrêt...

Ses yeux firent rapidement le tour de la salle , elle n'avait jamais vu autant de magnificence , que çà soit dans les tenues vestimentaires de toutes ces nobles personnes ou de la decoration de cette splendide salle .

Elle vit les serviteurs apporter les plats regorgeant de victuailles , tous plus appetissants , les uns que les autres ....
Mais elle se rendit soudain compte que l'accès aux tables etait filtré...

Elle jeta un regard à Max , qui semblait blasé par tout ce protocole.
Elle aperçut d'ailleurs de loin , la table du Marquis et de sa future epouse , tous les nobles y prenaient place...
Elle attendit alors que Max la laisse à la table des gens du peuple pour rejoindre la table des nobles ...

Elle ne dit rien , la gorge nouée , elle se contenta de le regarder , les yeux brillants de joie et le sourire aux lèvres , comme si de rien n'etait ...
Elle etait en train de rêver surement et elle n'avait pas envie de se reveiller tout de suite.....
Revenir en haut Aller en bas
La Balafre

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 12:15

"...il n'y aura pas de duel."

Luy ne s'estait pas penché, préférant tendre l'oreille sans rien en laisser paraistre, le regard soudainement captivé par un étendard Provençal développé entre deux fenestres haultes de la salle prestigieuse. Les gens de ce pays estaient décidément amateurs de coloris peu communs, tout comme leurs cousins du pays d'Oc. Il y voyait presque un manque de dignité, presque la preuve formelle que la culture régionale avait tout à apprendre de celle des pays d'Oïl. Luy, angevin, préférait de loin la sobriété des armes de son Duché, aussi discrètes que superbes, à la splendide extravagance des armes locales.
Mais revenu de ces quelques considérations politiquo/esthétiques que la confidence de son propre esprit tordu ne dévoilerait pas à ses contemporains immédiats, l'Angevin glissa un regard circonspect sur Cristòl, se tenant à sa gauche. Une fois encore, le jeune Languedocien paraissait passer par tous les estats, réprimant à grand peine l'expression de ses émotions. La chose devenait récurrente chez luy, comme si l'épuisement mettait à bas toutes les précieuses défenses qu'il avait appris à s'ériger durant sa jeunesse. Les tribulations d'un Feudataire sont pour beaucoup le pire parcours du combattant... Peut-estre pourrait-il en faire le thème de ses mémoires ?

En tous les cas, le Siàrr -que Tithieu découvrait fougueux- finit par visiblement renoncer, récupérant sa contenance dans un sourire de circonstances. Plus loin, Maël estait en grande discussion avec quelque subalterne de sa mesnie, totalement indifférent à la présence des deux hommes. Ainsi ce qui n'aurait pas dû estre faict avait esté défaict, la tempérance et la raison de la femme l'avaient emporté... Quoique, rien de bien étonnant à voir une Brocéliande estre une diplomate habile. "La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre", disaient les gens du peuple.


-« Baròna, voici Tithieu Chandos de Penthièvre, Vicomte de Brissac, Seigneur de Couesme, le plus estimable Angevin que je connaisse, et mon frère d'armes à l'Ordre royal de l'Hospital de Saint-Jean de Jérusalem. »

Son nom avait esté invoqué par le bel enfant à la voix chantante et à la peau de miel, dans toute la splendeur titrée de sa particule. C'est luy qu'on invoquait ainsi, toute son existence, son identitée se résumait en ceste mesme phrase. C'est d'ailleurs souvent pour le dénigrer qu'on utilisait pareil accessoire d'apparat. Souvent, aussi, pour l'accabler de reproches et de tords infâmes, le taxant plus souvent que de raison d'une vanité dont il ignorait tout, et d'une cupidité dont il n'avait que trop usé.
Mouvement déférent du buste, regard neutre. Il se fendait volontairement d'un élégant hommage, d'allure presque martiale. A luy d'entrer en scène.


Princesse...

Il se reprit, troquant le regard formel qu'il adressait de prime abord à la néo provençale pour un sourire malicieux, léger.

Ou devrais-je dire, Princessa... C'est un grand plaisir que de vous rencontrer, alors que j'ai déjà eu l'occasion de m'entretenir avec nombre de vos plus proches. Son sourire s'élargit, alors que pour luy mesme il évoquait son affront au vieil Amalric, bien plus que le respect qu'il portait au juge Lépreux. J'ai ainsi beaucoup entendu parler de vous, qu'on dict à la fois érudite et femme du monde. Deux fondamentales qualités réunies en une seule femme, c'est remarquable.
Mais force est de constater que pour l'érudiction, vous n'avez plus fort à faire. Vos caducées bretons manquent-ils à vostre coeur ?


Il avait dict sa dernière tirade sur le ton de la confidence, posé et sûr. Non point de sarcasme ni d'hypocrisie ou de fausse compassion. Il éprouvait luy-mesme un amour sans bornes pour ses caducées et sa dignité de hérault, et grand peine luy aurait faict d'avoir à les quitter.
Or, connaissant de quelques mots la destinée familale à laquelle estait dévouée la bretonne, il éprouvait pour elle comme une compassion confraternelle ; bien que se réjouissant égoïste que choisir librement sa voie estait un luxe que l'on avait pas encore retiré aux hommes de sa mesnie. Après tout, mesme Riwan Nathan ne semblait pas ivre de liberté, bien qu'il eut pour écrin et unique foyer l'Indépendance de la Bretagne.
Mentalité étrange ; étrangère, que les plus naïfs diraient préservée de la perversion qu'un excès d'individualisme avait introduit en le Royaume de France. Mais de raison et d'expérience, l'Angevin le savait : malgré les apparences, la perversion n'estait pas l'apanage de la France ou de l'Empire, et le monde Aristotélicien ne possédait plus de terre, de pays propre de toute corruption. Jérusalem estait bien loin, et les derniers hommes de bien de leur civilisation y avaient péri...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Debad

avatar

Nombre de messages : 6
Province : Bretagne
Ville : Brest
Date d'inscription : 15/02/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 13:04

Debad était resté proche de la Duchesse de Bretagne jusqu'à maintenant, il espérait qu'il n'y aurait nul soucis durant le banquet. Enfin il fallait avoir confiance dans ses alliés sinon on irait pas loin et la foule de Bretons présent ferait l'affaire au cas où...

Il semble Duchesse que vous ayez place auprès de la Baronne d'Anast à la table d'Honneur, ce qui est logique pour votre rang.
Je crains par contre de ne pas y avoir ma place, je pense que vous devriez y aller j'irai me trouver une place ailleurs, je ne voudrais point prendre une place qui ne me revient pas...


Debad accompagna la duchesse vers la Baronne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edorazio

avatar

Nombre de messages : 759
Province : Provence Libre
Ville : Marselha (tombe) / Avinhon (âme)
Date d'inscription : 03/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Da L'Escala
Prénom: Edorazio Pablo Michaëlangelo
Province: Provence Libre

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 14:42

Edorazio, tenant sous son bras droit son fils, et ayant à sa gauche la délicate main de sa promise posée sur son bandage, fit son entrée. Derrière lui, son scribe et son page se hâtèrent de disparaître parmi la valetaille.

A pas mesurés, il s'approcha du Marquis, pour lui présenter ses hommages. Certains, parmis les provençaux, semblaient surpris de le trouver là. Mais peu lui importait : le Marquis et l'Illustre comprennaient visiblement, eux, les dernières actions du florentin, tenu à sa parole et à défendre son honneur. Et puis, sa non-présence aurait été sûrement bien plus choquante.
Patiemment, il attendit son tour dans la file des courtisans. Avisant Oceane, il la salua :


Dona da Pazzi... o Senescala, si vol. Je suppose que c'est à vous qu'il revient de nous placer ? Dois-je me mettre à la table des "fonctionnaires" provençaux (ma fiancée étant Consóla de Marselha et moi... ce que vous savez), ou bien puis-je m'asseoir près du frère du Marquis ?... Bien que j'ignore quelle soit sa place. Il est le futur beau-frère, non ?

Je sens que cela ne va pas être simple... heureusement que nos tables sont grandes ! Hum... ne vous inquiestez point pour mon fils : il sait se tenir.


Peu lui importait, au fond, d'être bien placé... de toute façon, il saurait tout. C'était son métier, et nul doute que ses valets s'aquiteraient merveilleusement de leur tâche. Néanmoins, une pointe de curiosité lui faisait espérer un siège point trop loin de la beauté du jour.

Déjà, ce que d'aucun aurait nommé son esprit rétors, se mettait à calculer. Ainsi donc, c'était elle sa nouvelle souverraine... En souriant, il constata que la Dona de Beausoleil la courtisait déjà. La future Marquise apprendrait-elle bientôt, que Vero avait failli être à sa place ? Il se promis de garder la situation à l'oeil : Vero était connue pour avoir souvent de mauvaises fréquentations.
La preuve : elle l'avait longtemps fréquenté.

Esquissant un sourire doucereux, il se retourna vers sa compagne, Altina Dupleyssis, de la Maison Franchimont. Se rendait-elle compte des enjeux de la cours ? Probablement : elle était loin d'être sotte. Sinon, elle n'aurait point fait de politique.


Ma doulce... ès splendide, dans cette robe, lui murmura-t-il, au creux de son oreille.
Etait-ce le vin ? Il ne put s'empêcher d'en frôler le lobe, d'une caresse de ses lèvres. Près de quarante jours qu'elle lui manquait... si ce soir, son messager revenait avec le courrier qu'il attendait de Rome, la nuit à venir risquait d'être intéressante.
En riant, il fit sauter son fils sur son épaule.


Oc, Alessandrino, tu as raison : on dirait une fée.

Une fée ? Le tacticien regarda la blondeur de sa future souveraine. En effet, il y avait un peu de ça.
Une fée...
Dans sa tête, des vers prirent forme d'alexandrins.




[hrp] Bon, je viens ici avant de louper le repas ^^ Mettons que je sois parti devant avec Altina, en laissant Rhety et Eracle derrière (je crois que Nathan Riwan discute avec Frère Eracle, qui a presque le même âge RP)... Je pense que Margab et Tizo me suivront, si j'arrive à les croiser dans le passé... toujours autant le bord**, ces RPs de groupe lol [/hrp]


Dernière édition par Edorazio le Mar 25 Nov 2008 - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chacha de Guérande

avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 14:45

La duchesse de Breizh fut surprise de la répartie du Marquis de Cesson-Sevigné.

Comme tu le souhaites, profites en pour surveiller ta fille, des fois qu'elle serait accaparée par quelques prétendants.


[i]Elle rit doucement en arrivant aux cotés de la blondissime Dri, déja happée dans le flot de paroles... Par Aristote comment allait elle faire pour retenir tous ces noms et titres sans faire de bourdes. Elle essaya de rien ne faire paraitre de son trouble. Une légère révérence envers ces dames et le jeune homme, guère plus agé de son petit prince lui semblait il.


Je suis ravie de faire votre connaissance.

Son regard se porta sur le maintenant officiel fiancé de son ami, l'homologue provençal de celui qu'elle aimait à surmener son suzerain à elle, celui qui avait faite d'elle sa vicomtesse, puis sa comtesse, Amalric. Et oui c'est qu'ils étaient possessifs.
Une révérence plus soutenue à son égard.

Votre majesté...
Je suis enchantée de vous rencontrer enfin. Puissiez vous rendre mon amie heureuse et par la même scellée l'amitié bretoprovençale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vitruvio d'agneau

avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Nom: d'Agneau
Prénom: vitruvio antonio
Province: Provence libre

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 15:09

Vitruvio pénétra la salle de banquet le sourire aux lèvres , ça lui rappellerais la douceur des feste Vénitienne . Il était vêtu de noir et de rouge comme a son habitude , bas noir en soie , culotte bouffante en velours noir crever de soie rouge , mantel de velours noir et béret a plume de cygne trempé de rouge . Il avait lissé ça barbe rousse en pointe et passa ces doigts dedans comme a son habitude quand il réfléchisse . Il remis la croix de saint Lazare qui ornée sa poitrine correctement et pénétra plus avant dans la salle . Il pris sont fils Louis Antoine par la main et fendit la foule . Il y avait du beau monde dans la magnifique salle des banquets . Il aperçu le Marquis , et certaine autre tête connue de vue . Il déambula parmi les invité souriant en gauche et riant a droite . Il croisa Edorazio et inclina ça tête au passage . Puis son regard remarqua une magnifique jeune fille , Esmerine , il dirigea vers elle , un sourire étirant le coins de sa bouche . Il s'inclina plus que de raison devant elle .

La signora in giù si è sera di una grande bellezza . il sourit malicieusement .


Dernière édition par vitruvio d'agneau le Mar 25 Nov 2008 - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Driweg Aliéniore

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Nom: De Brocéliande
Prénom: Driweg Aliéniore
Province: Bretagne

MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 15:24

Lorsque Driweg s'aperçut que Debad accompagnait la Duchesse de Bretagne jusqu'à sa table, elle s'empressa d'ajouter :

_ "Aux mêmes, voici le Marquis Debad Gouyon de Matignon."

Puis, aux deux bretons, dans un sourire complice :

_ "Vous vous souvenez de notre Lysamaelle, bien sur, qui est actuellement si j'ai bien entendu ce qui s'est dit Duchesse consort de Gascogne."


Tournant son visage d'ange vers l'angevin que Cristol venait de lui présenter, elle sourit et lui abandonna ses doigts fins pour le rituel baisemain. La jeune femme ayant ôté ses gants plus tôt, Tithieu put juger de sa peau blanche et surtout glaciale. A la base de l'annulaire, on pouvait deviner la marque légère de l'anneau qu'elle portait alors qu'elle était mariée à Ryan et qu'elle eut toutes les peines morales du monde à enlever pour cette fête.

_ "Vicomte, je suis bien aise de faire la connaissance d'un angevin jusqu'ici. Mais j'ai entendu le nom de Penthièvre dans le vôtre, vous êtes donc de la famille de l'homme que j'appelle affectueusement Oncle Gomoz. Cela me ravit davantage. Que vous me trouviez érudite me flatte. C'est là ce que j'ai toujours voulu être. Malheureusement la motivation qui m'a poussé à attendre cet état n'est pas bien noble : la vaine quête d'intérêt et de reconnaissance de mon père. Un jour peut-être je saurais si mon but est atteint, en attendant je lis."

Cette soudaine confidence teinta ses joues pâles de rose. Elle s'en voulut aussitôt. Lorsqu'elle entendit la question sur ses caducées, son éternel sourire faillit mourir sur ses lèvres. Elle battit une seconde des cils pour se reprendre et répondit avec mélancolie :

_ "Il faut parfois accepter que l'on reprenne quelque chose qui nous est cher, si c'est pour mieux satisfaire quelqu'un qui nous est cher."


Dernière édition par Driweg Aliéniore le Mar 25 Nov 2008 - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   Mar 25 Nov 2008 - 15:26

Ceci !? Lui dit il avec un franc sourire, heureux de la retrouver, et bien c'est un souvenir de mes voyages et découvertes en terres d'Oil

Assit auprès d'elle, il se plaisait à la contempler. Tu semble bien en joie ?
Dans sa tête il conservait le souvenir de cette plage du Prado. Quand cela était-il déjà ?
Et cet amour qui s'était mué en une profonde amitié. Cette dernière avait sût résister au temps.
Que de temps et de chemins parcourus justement depuis le jour où il avait embarqué à Marseille en direction des nouvelles terres conquises à l'ouest par sa Majesté.

Jetant des coups d'œil furtifs, il guettait la présence de celui qu'il avait vu naître et accepté quoique fruit d'une engeance illégitime. Être père sans l'être vraiment qu'elle drôle de situation.
Pour l'instant il ne remarquait que la Garde Marquisale qui veillait au grain, les nombreux courtisans et quelques hommes d'armes attablés.

Écoutant Véro, il s'attarda alors à poser la question qui le tenait tant à cœur, la raison de sa venue d'ailleurs.
Et... comment va le petit ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Banquet en l'honneur des deux ans d'Indépendance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] Au fond du parc, deux nobles, un duel….
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)
» Casin Cu Calas signification => Honneur au Combat
» charte d'honneur pour dinocard
» Un.. Deux... Trois... Ciseaux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château d'Avignon :: VILLE D'AVIGNON :: Grande place d'Avignon-
Sauter vers: