AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Étiquette et règles de conduite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prunille
Maistre d'Armes du MP
avatar

Nombre de messages : 1750
Province : Provence
Ville : Arles
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Étiquette et règles de conduite   Jeu 5 Aoû 2010 - 22:42

Lisyane (rendons à César...) a écrit:
L'Étiquette.

L'Étiquette est un code régissant les moindres faits et gestes des membres de la cour selon le statut et la faveur de chacun.

[...]

Les personnes seront nommées de la façon suivante :

Le monde du Spirituel

Le Pape : Votre Sainteté
Les Cardinaux : Votre éminence
Les Archevêques et Évêques : Monseigneur (pas de féminin)
Les Curés : Mon père / Ma mère
Les Vidames : Monseigneur
Les Diacres : Mon frère / Ma soeur


Le monde du Temporel

L’empereur : Votre Majesté (même sa femme l'appelle ainsi), Mon Roy (seulement pour ceux autorisés)
La Reine : Votre Altesse (même son époux l'appelle ainsi), Votre Majesté (toléré), Ma Reine (seulement pour ceux autorisés)
Le Dauphin : Votre Altesse Royale
Les Princes & Princesses : Votre Altesse
Les Pairs de France: Votre Seigneurie, [ou la fonction qu'il représente ou le titre le plus haut]
Les Marquis & Marquises : Votre Magnificence (N'est pas valable pour le Marquis des Alpes Occidentales, que l'on appellera "Votre Majesté")
Les Ducs & Duchesses : Votre Grâce
Les Comtes & Comtesses : Votre Grandeur
Les Vicomtes / Vicomtesses : Monseigneur, Vicomte(sse)
Les Barons / Baronnes : Baron(ne)
Les Seigneurs / Dames : Sire / Dames [de + nom de la seigneurie]
Les Chevaliers : Messire Chevalier (même pour une femme)
Les Écuyers ou damoiseaux : Sieur / Dame ou Damoiselle
Les commerçants / Artisans / Artistes : Maîstre(sse)
Les serfs & serves : Hé toi là !

Les vassaux peuvent adjoindre un "mon + le titre de noblesse" lorsqu'ils s'adressent à leur seigneur.

"Monsieur le + titre de noblesse" est inconvenant à tous sauf aux membres de la Maison du noble auquel ils s'adressent (Pour rappel "Monsieur" tout court c'est le frère du roy)

Toute personne peut bien sûr être nommée selon sa charge, à condition que cela reste marque de respect et ne sombre dans l'interpellation irrespectueuse.

Un Noble peut aussi demandé à se faire appeler par un autre titre de préséance si celui ci est inférieur au plus haut qu'il possède (Exemple : On me devrait du "vostre Grasce" du fait de ma qualité de Duc, mais je demande toujours au mieux à du "Maistre" qui est fonction royale que j'occupe, ou tout a la Rigueur "Maréchal" si c'est au Héraut auquel on s'adresse )

Les ambassadeurs seront appelés « votre excellence ».

Pour les femmes, s’il s’agit d’un mari qui s’adresse à son épouse, il l’appellera « Madame ». Sinon, on les appellera « Madame » suivi de son titre s’il s’agit d’une noble ou « Dame » suivi de son nom s’il s’agit d’une roturière ou d’un suzerain parlant à sa vassale. En public, les embrassades ne sont pas de mise entre un homme et une femme. Il convient de pratiquer le baise main et ce en baissant les lèvres vers la main de la dame. Les femmes peuvent rire ou sourire mais cela doit rester discret.

Pour les hommes, s’il s’agit d’une épouse qui s’adresse à son mari, elle l’appellera « Monsieur ». Sinon on l’appellera « Monsieur » ou « Messire », à chaque fois suivi de son titre, s’il s’agit d’un noble ou « sire » suivi de son nom s’il s’agit d’un roturier ou d’un suzerain parlant à son vassal. Un noble se doit d’être fin orateur. Il est de bon ton qu’un homme n’écrase pas de sa superbe des personnes plus faibles. Il avoue ses qualités sans imposer son avis.

Une personne se sentant bafoué peut demander un duel. Si l’offense porte sur l’honneur de la famille, c’est un duel de vie qui doit être engagé avec la mort d’un des deux participants (donc le RP doit avoir reçus l’aval de la personne qui doit mourir). Sinon ce sera un duel de sang, où la mort est interdite. Seul le duc peut annuler le résultat d’un duel et ses conséquences.

Un éventuel cadeaux doit être à la hauteur du rang de celui qui le reçoit. Un cadeau en dessous de son rang serait une insulte pour le récipiendaire et donc une faute. Un cadeau au dessus de son rang ne permettrait pas au récipiendaire de rendre la pareille et serait donc, là encore, une faute.

_________________


Dernière édition par Prunille le Jeu 29 Déc 2011 - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Maistre d'Armes du MP
avatar

Nombre de messages : 1750
Province : Provence
Ville : Arles
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Étiquette et règles de conduite   Jeu 5 Aoû 2010 - 22:45

Louis Napoléon a écrit:
Petit lexique Provençal


Marquis : Marqués
Comte : Còm (ou Còmte)
Bailli : Baïle
Commissaire au commerce : Intendent
Commissaire aux mines : Commissari ai mina
Prévôt des marechaux : Prevost dei marescai
Capitaine : Cap
Connétable : Conestabla
Juge : Jutge
Procureur : Procuraire
Porte-Parole : Pòrtaparaula

Maire : Cònsol
Maître : Mèstre (d'arme, dei arma)
Police : Policia
Armée : Armada
Lieutenant : Luèctenent
Sergent : Sergent

Marquisat : Marquesat
Comtée : Comtat
Vicomte : Vicòm (ou Vicòmte)
Vicomté : Vicòmtat
Baron : Baroun
Baronnie : Barounat
Seigneur : Senhor
Dame : Dona
Seigneurie : Senhoria

Marseille : Marselha
Avignon : Avignoun
Aix : Ais
Arles : Arle
Brignoles : Brinhola
Draguignan : Draguignan
Forcalquier : Fourcauquié
Toulon : Touloun

Conseil comtal : Conseu deu Còm
Conseil municipal : Conseu Municipau
Parlement : Parlament
Tribunal : Tribunau
Cour d'Appel : Cort de crida
Chambre de la noblesse : Cambra de la noblessa

Archeveque : Arquevesque
Eveque : Evesque
Prêtre/Curé : Prèire/Curat
Diacre : Diacre
Vicaire : Vicari
Vidame : Vidam

Vagabond : Vagabond
Paysan : Païsan
Artisan : Mestierau
Etudiant : Estudiant
Noble : Nòble

Comtesse : Còmtessa
Baronne : Baroùna
Marquise : Marquésa ?
Vicomtesse : Vicòmtessa

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Maistre d'Armes du MP
avatar

Nombre de messages : 1750
Province : Provence
Ville : Arles
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Étiquette et règles de conduite   Jeu 29 Déc 2011 - 20:45

Alessandr0 a écrit:
Décrivez la façon dont un homme doit faire le baise-main à une femme en public.

R. : La femme doit d'abord donner sa main à baiser. L'homme se penche, mais ses lèvres ne doivent pas toucher la main de la femme. S'il s'agit de son épouse, elles peuvent à peine lui effleurer la main. En privé, l'amant courtois ou le mari peuvent poser les lèvres sur la main. Poser un baiser sur la main en public est une atteinte aux bonnes moeurs (avilissant de la part du mari et punissable s'il s'agit d'un amant). Prendre la main de la femme sans qu'elle ne l'ait donné est un viol !


Comment une personne courtoise, membre d'un conseil ou d'une institution, doit-il s'adresser à un autre membre du conseil ou de l'institution dans les locaux officiels du conseil ou de l'institution en question ?

R. : Il doit s'adresser à lui en le désignant par sa fonction (ni par son ou ses titre(s), ni par son prénom, ni par son nom, ni par un surnom), même s'ils sont amis ou relativement proches. Ce contact apparemment froid permet de respecter un code social qui évite des mots trop familiers, parfois vulgaires. On a tôt fait d'insulter l'autre pour plaisanter, et que cela dégénère en conflit ! Surtout lorsque cela se passe devant un tiers.


Parmi les objets suivants, citez-en trois qui subissent habituellemt une souillure lorsqu'un chevalier (ou un noble en général) est puni d'une félonnie :
- le heaume, l'écu, l'épée, la lance, la chevalière, les éperons, les gants, l'armure

R. : l'écu (il est "enlaidit"), la lance (ou glaive, qui est brisée sur le genou : le glaive est la véritable arme du chevalier, celle qui est le plus utile à cheval) et les éperons (qui peuvent être piétinés... ce qui se fait évidemment avec les éperons en or de cérémonie, plus maléables)


Vous êtes en campagne électorale, en taverne. Un artisan local, qui vous a en sympathie, vous tape sur l'épaule en riant et vous demande de payer une tournée en vous tutoyant. Comment devez-vous réagir ?

R. : Vous devez lui dire, poliment mais fermement, que vous êtes socialement supérieur et qu'il doit donc vous appeler courtoisement. Le titre n'est pas exigé en taverne, mais le vouvoiement est toujours obligatoire. Vous pouvez évidemment payer la tournée si cela vous plait. Si l'artisan continue à vous manquer de respect, vous devez porter plainte. Si vous êtes sur vos terres, vous pouvez le faire punir physiquement sur-le-champ, avec mesure.


Une personne trahit sa parole à votre égard ou vous traite d'une façon injuste ou offensante. Que pouvez-vous faire ? Expliquez pour un noble et pour un gueux.

R. :
1) Un noble qui trahit sa parole déchoit en perdant son honneur. Portez plainte auprès du tribunal héraldique : ses armes devraient être enlaidies. Vous pouvez aussi exiger réparation en le provoquant un duel. S'il refuse, il déchoira automatiquement. Évitez de le tuer si ce n'est pas une affaire d'importance. Si vous perdez, votre honneur sera lavé, de même que le sien, par ce comportement valeureux. S'il vous refuse réparation ou que vous ne souhaitez pas porter plainte (pour n'importe quelle raison), il vous est permis de vous montrer désagréable, jusqu'à la limite de la grossièreté, avec lui. Vous pouvez même détruire ses biens lorsque vous en avez la possibilité, ou le calomnier en toute impunité. Il sera alors forcé de vous provoquer en duel (que vous serez libre de refuser sans déchoir) ou de vous présenter des excuses en proposant une compensation (vous êtes par contre obligé d'accepter ses excuses, à moins qu'il ne s'agisse d'un grave crime d'honneur).
2) S'il s'agit d'un gueux, vous ne pouvez pas vous battre en duel avec lui. Envoyez-le au tribunal : votre parole a plus de valeur que la sienne si vous n'avez pas déchu. Faites-le condamner au carcan, ça amuse toujours les foules.


Vous perdez un duel. Comment devez-vous vous comporter ?

R. : Vous devez désormais considérer qu'il ne s'est rien passé entre vous et votre adversaire : le sujet est clos, l'honneur est sauf. Par conséquent, vous devriez vous comporter courtoisement l'un avec l'autre, peut-être même manger et boire ensemble en discutant de choses banales. Si vous êtes mort loyalement, évitez de hanter votre adversaire. En règle générale, après un duel, repartez sur de nouvelles bases et entraidez-vous.


Pouvez-vous monter sur une jument ? Sur un âne ? Sur un étalon ? Décrivez votre position à cheval, selon que vous êtes un homme ou une femme.

R. : Seules les femmes et les ecclésiastiques peuvent monter une jument sans déchoir. L'âne est juste toléré pour un curé ou un missionnaire (un évêque serait ridicule). Les femmes n'ont pas du tout l'obligation de monter "en amazone" ! [[[ Cette obligation date plutôt du XIXème siècle, une mesure sexiste... mais aussi parce que les selles pour monter en amazone sont très tardives : sans, c'était beaucoup trop dangereux, certaines femmes en sont mortes. La plupart des "amazones" trichaient d'ailleurs en cachant leurs jambes sous leurs robes, et en utilisant une prothèse en guise de "troisième jambe". ]]]


L'Illustre est votre ami(e). Comment pouvez-vous l'appeller en public ou dans une taverne, avec sa permission ?

R. : En public, vous pouvez l'appeler "votre grandeur" au lieu de "votre grandeur illustre". Si elle vous demandait de l'appeler plus familièrement, non seulement elle déchoirait en avilissant son trône, mais en plus elle vous insulterait en insinuant que vous n'avez pas d'éducation. En taverne, c'est différent, l'usage considère que vous pouvez essayer d'être là incognito. Si vous n'êtes pas incognito, restez corrects, même si le vouvoiement n'est plus forcément obligatoire entre amis.


À table, quand et comment pouvez-vous manger ?

R. : Vous devez attendre que le noble le plus haut dans l'ordre social, ou le plus âgé (en cas de litige, c'est au maître de maison de choisir) ait commencé à manger. Si c'est vous, le signal est de lever sa coupe et de porter la santé à quelqu'un, ou de demander aux autres qu'ils vous portent la santé (ils ne peuvent refuser sans déchoir). Mangez avec les doigts, votre couteau et le tranchoir... mais pensez à partager avec votre voisin ! Si c'est une femme et que vous êtes un homme, présentez-lui des aliments de la pointe de votre couteau. Elle est libre d'accepter ou de refuser, poliment. N'oubliez pas la prière avant le repas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Étiquette et règles de conduite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Étiquette et règles de conduite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mode d'emploi du forum et règles de conduite
» A LIRE - Règles de conduite du Clan
» [Règles experimentales] Adeptus Mechanicus
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées
» Les règles de Team Duelling

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château d'Avignon :: Greffe ~ Empeut-
Sauter vers: