AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Cristòl

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 0:59

Le sang du Chevalier de Sìarr prenait une vivacité impressionnante, au point que ses tempes montraient des signes visibles de son état de colère intérieure. Celui qui avait coupé la main de Montmorency...
Il dévisageait son interlocuteur avec amertume. Pourquoi lui avait-on fait déposer ses armes à l'entrée de la salle, et avait-on laissé entrer les Bretons ainsi, tout en armes ? Pourquoi même n'avait-il pu venir avec ses propres gardes, lors que les Bretons armés semblaient, à observer l'assemblée, ne pas manquer ?
N'était-ce pas là un affront supplémentaire, qu'essuyait le Languedoc ?

Le Coms avait la sagesse de reconnaître qu'en l'état, il serait perdant. Comment aurait-il pu se battre, sans armes ?


-« Vous êtes un parjure, Coldtracker... Vous êtes le plus grand traître que la France ait porté, et Dieu merci, le Pair de France dont vous vous targuez d'avoir tranché la main n'était pas connu pour avoir une grande formation militaire, de celles que la Chevalerie ou le long service d'un Ost donne. A vaincre sans péril... »

La baronne d'Anast souriait, un peu plus loin, et Cristòl frissonna. Il ne finit pas sa phrase ; ce n'était pas utile.

-« Vous n'avez pas d'honneur, mais moi j'en ai assez, Monsieur, pour ne pas faire l'affront à nos hôtes de tirer le fer à leur table. Mais donnez-moi l'heure, le lieu, et le sang de l'un ou de l'autre pourrait décider des torts de chacun.

Quant à la France, Monsieur, apprenez que je suis Languedocien, et que Sa Majesté le Roy règle comme il l'entend ses problèmes féaux. Le Languedoc n'est pas sa terre et ne le sera pas. Nous lui gardons notre fidélité, mais ne sommes pas responsables de sa politique, le Très Haut nous en garde.

Et quels que soient vos hauts faits, s'ils doivent être la revanche de tant d'orgueil et d'odieuse suffisance que la vôtre, alors je persisterai à dire que les Bretons sont un peuple abject. »


Cristòl agrippa alors le bras de Tithieu, pour joindre le geste à cette parole :

-« Adissiatz, nous nous en allons trouver de vos concitoyens qui remonteront dans mon estime le peuple Breton.
Ne venez plus me trouver, à moins que ce ne soit pour m'envoyer vos témoins. »


Et le jeune homme d'entraîner son Angevin d'ami entre les convives, résolu à couper court à cette conversation malsaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Driweg Aliéniore

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Nom: De Brocéliande
Prénom: Driweg Aliéniore
Province: Bretagne

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 1:07

Driweg perçut le sourire triste de Ludovi lorsqu'elle parla avec tant d'entrain de son fils chéri. Elle se pinça les lèvres de remord.

_ "Ne vous méprenez pas, Messire de Sabran. Je suis bien aise d'avoir rencontré un nouvel ami. Comme vous en Provence, les bretons ont eu de longues années pour supporter mon caractère. Je pense que vous les soulagez ce soir. Restez en ma compagnie si le cœur vous en dit. En attendant que le Marquis ne se libère, vous pourrez peut-être me présenter à vos collègues. Je connais si peu de monde..."

Driweg eut un frisson lorsque Vero récita ses noms et ses titres. Comme cela faisait très artificiel et elle se prit à espérer que ce n'était pour une moquerie à son encontre. Elle qui pensait se faire une nouvelle amie, elle en aurait été très peinée...

_ "Le banquet, dîtes-vous ? Bien, nous y allons de ce pas."

La jeune femme inclina la tête pour saluer la Dame de Beausoleil et se dirigea vers la salle désignée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lysamaelle*

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 1:15

*Lysamaelle* sourit à l'approche de son mari et de son vassal, son parrain ayant pris le parti de roucouler avec Chacha.

- Bonsoir Natale, comment allez-vous ? seriez-vous blessé ? Chéri, j'aimerais m'assoir, je fatigue un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eracle

avatar

Nombre de messages : 285
Province : Viguerie de Marseille
Ville : Marseille
Date d'inscription : 12/03/2008

Feuille de personnage
Nom: de Franchimont
Prénom: Eracle
Province: Provence

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 1:16

Tu veux sans doute parler des Églises Aristotéliciennes Autonomes? Je ne savais pas que Suthasseenee venait de l'est de l'Europe... Mais eux aussi ont un clergé organisé.

Puis pour l'alcool, ça ira, merci
, ajouta-t-il ensuite ; il n'avait aucune envie d'accepter quoi que ce soit d'Edorazio, ne voulant surtout pas qu'il croie à une réconciliation.

Il fut entraîné par Edorazio près de Rethy et un autre jeune homme qui devait venir de la haute noblesse, d'après son accoutrement. Mais il avait l'air d'avoir environ le même âge que lui, c'est ce qui le poussa à lui parler, sans savoir qu'il s'agissait du petit-fils du Grand-Duc de Bretagne.


Bonjour... euh... Quel était son titre au fait? Je m'appelle Eracle de Franchimont.


Dernière édition par Eracle le Lun 24 Nov 2008 - 2:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maël De Morrigan-Montfort

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 1:23

Cristòl a écrit:

-« Vous êtes un parjure, Coldtracker... Vous êtes le plus grand traître que la France ait porté, et Dieu merci, le Pair de France dont vous vous targuez d'avoir tranché la main n'était pas connu pour avoir une grande formation militaire, de celles que la Chevalerie ou le long service d'un Ost donne. A vaincre sans péril... »

-« Vous n'avez pas d'honneur, mais moi j'en ai assez, Monsieur, pour ne pas faire l'affront à nos hôtes de tirer le fer à leur table. Mais donnez-moi l'heure, le lieu, et le sang de l'un ou de l'autre pourrait décider des torts de chacun.

Quant à la France, Monsieur, apprenez que je suis Languedocien, et que Sa Majesté le Roy règle comme il l'entend ses problèmes féaux. Le Languedoc n'est pas sa terre et ne le sera pas. Nous lui gardons notre fidélité, mais ne sommes pas responsables de sa politique, le Très Haut nous en garde.

Et quels que soient vos hauts faits, s'ils doivent être la revanche de tant d'orgueil et d'odieuse suffisance que la vôtre, alors je persisterai à dire que les Bretons sont un peuple abject. »



Oui, un manque de sang froid bien marqué...A ce qu'il semblait

Il répondit:
-"Traître?

Ha, que ne l'ai-je entendu celle-là....

L'ost de France était si heureux d'avoir un mercenaire Breton pour faire la sale besogne...

Mais dans l'affaire, avouez qu'il auront été des crétins , demander à Un breton de préparer les plans pour asservir sa terre, je les avais pourtant prévenu....

Parjure? A qui donc? Pas au roy de france, je n'ai jamais ployé le genou devant lui, je n'ai fait ce geste que devant les souverains de Bretagne souvenez vous en mon petit...

A vaincre sans péril?
Cette blague, j'ai plus de campagne à mon actif que vous n'avez de cheveux sur la triste chose qui vous sert de figure de jouvenceau bouffi et embourgeoisé..."


Et l'autre proposa en duel, ma Doué!
Le bellâtre venait de se découvrir avec quelque mobilier dans les chausses...
A la bonne heure, il répondit:
-"A vostre service , réglez donc ces détails, je vous tuerai en lieu et place qui vous plaira..."

Il entendit un autre argument et s'esclaffa:
-"Nous sommes tous responsables de nos choix, ne vous cachez pas derrière les actes des autres pour vous définir...

Quant à mes hauts faits,je laisse les autres en parler en bien ou en mal tout dépendra du camp où l'on se place...
La suffisance ? l'orgueil?
Je prends les deux...Assurément, vous pouvez rajoutre les qualificatifs de boucher des françoys et que sais je d'autres, tant de vos compatriotes me maudissent ....

Un véritable Ankou paraît-il...

Au plaisir...."


Il vit le feudataire s'éloigner et analysa sa façon de se déplacer et se dit...

Un amateur....Doué préserve la france avec qui la Bretagne était en paix dorénavant d'avoir pareil capitaine d'armes, c'était la débâcle assurée...

Maël De Morrigan-Montfort avait très bien entendu...Et n'oubliait jamais....

Ce jeune homme allait mourir pour n'avoir pas su se taire....
Crétin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altina

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 2:07

Un cheval arriva aux abords de la Grande Place. En descendit une jeune femme tout de violine et pourpre vétue. Et prit son fils dans ses bras, intimidé. Elle s'avança dans la foule, se révérençant tout en se présentant, encore troublée de citer son nom de famille découvert il y a peu:

Altina de Franchimont, bougmestre de Marseille, enchantée...

Puis elle les vit: trois des quatre hommes de sa vie, tenant le quatrième par la main, accompagnés d'un jeune homme.

Elle se dirigea vers eux et commença par saluer dignement le jeune messire, se tourna vers son Parrain, Rethy de Cianfarano, et vers son frère jumeau Eracle, leur fit une bise chaleureuse et enfin se retrouva face à son promis, son attendu, le père de son fils, Edorazio.

Elle se pencha vers son oreille et lui chuchota:
Tu es parti trop longtemps, tu m'as terriblement manqué, italien de mon coeur...

Tout en déposant un baiser tendre et chaste sur le bord de ses lèvres, elle s'accrocha à son bras...et serrant leur progéniture dans ses jupons. Elle l'attrapa et le fit embrasser son père...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Balafre

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 8:39

-« Tithieu, elle ne sera pas à toi. On la dit... Plus vieille que la Malemort, tu sais ? Et déjà veuve. Son fils a déjà seize ans, je crois. Mais à la différence de la Malemort... Elle épouse un souverain contesté, observé, dans une province turbulente. Et je doute qu'elle manque de suivantes, pour rapporter le moindre de ses écarts. Il ne sert à rien de courir après une femme mariée, sauf si sa réputation de brûleuse de chandelles est déjà faite...
Ce ne sera qu'une succession d'échecs, je le sais. »


Une main est posée sur son bras, une démarche que l'on ne saurait trop décrire. Est-il jaloux ou tient-il simplement à garder un ami d'une éventuelle déconfiture ? Pourquoi tant d'empressement à réfréner ses ardeurs de libertin ? Luy mesme n'a mesme pas sérieusement envisagé la perspective de tenter de rallier à sa cause et de caserner en sa couche l'hautaine Breizh.
C'est toutefoys un sourire amusé qui fendit son visage couturé de cicatrices, en réponse à la mise en garde du jeune Occitan. Amusé d'abord par la neuve anxiété apparente d'iceluy, et en sus par l'audacieuse comparaison avec le Grand Chambellan... Savait-il que de toutes, Nebisa estait la seule à se refuser à luy ?


Driweg... Oui, j'ai beaucoup entendu parler d'elle. Je connais son fils, j'ai bien connu Feu son époux, le Juge Lépreux.

Nouveau regard vers la Brocéliande, avant qu'elle ne soit hapée par la foule et ne disparaisse de son champ de vision.

Tu as raison, c'est là proie hors de ma portée. Jamais une Brocéliande ne frayerait avec le Balafré, assurément... Et puis, j'ai bien assez à faire avec la Bourguignonne, pour m'encombrer de menus défis.

-"En souvenir d'Angers où j'ai combattu pour les tiens..
Je te préviens; dis à ton ami de taire les paroles qui outragent Bretagne sinon cela finira mal et tu sais de quoi je parle...

C'est d'une princesse de Bretagne dont il parle...

Rends lui ce service...Veux-tu? "


A peine avait-il pu répondre à l'héritier de Siàrr, qu'une voix portante déchirait l'atmosphère, annonçant l'ombre d'une imposante ossature qui s'abatterait bientost sur les deux jeunes hommes.
D'abord pris au dépourvu par l'intrusion incongrue du valeureux Maréchal breton, le Penthièvre se fendit d'un sourire et de son regard le plus rieur, pensant pouvoir apaiser la situation.
Non pas qu'elle le gênait ; au contraire, voir Maël réagir de pareille manière à ce qu'il avait pris pour une offense à sa terre eut le don de le faire sourire, mais connaissant bien le bonhomme, et son vis-à-vis occitan, il pressentait que de ce quiproquo pourrait découler un véritable esclandre.


-« Qui que vous soyez, apprenez à écouter ce que vous entendez. Je n'ai insulté ni Breizh ni ses joyaux, et tout au plus ai-je pu dire qu'ils étaient si désirables que mieux valait de point les approcher, par crainte du péché.
Qui êtes-vous, Messire, qui prenez des intermédiaires pour exposer vos griefs ? »


Il avait actionné sa puissante machoire, décollé ses lèvres sèches, pour prendre la parole et s'interposer entre les deux hommes. Mais son fougueux compagnon l'avait précédé, brûlant de la mesme indignation que le Morrigan et s'armant du mesme orgueil bafoué pour répondre à ce dernier.
Que faire, sinon rester en retrait ? Les présentations estaient faictes, et les deux aultres semblaient bien décidés à s'engager dans une joute verbale survoltée. Joute à laquelle il ne prendrait pas part, fatigué de pareils enfantillages qui estaient coutume en son pays, et avaient déjà ruiné les relations entre l'Anjou et la Bretagne.
Silencieux, il écouta la discussion des deux hommes sans trop l'entendre. Les esprits s'enflammaient, le jeune Siàrr paraissait hors de luy. Ce fut au moins un point qu'il remarqua, et qui le fit intérieurement sourire. Le jeune Chevalier manquait de tempérance, malgré les apparences paisibles et sages qu'il avait hérité de son vénérable paternel. Luy, de son costé, se contentait de tâter discrètement sa manche pour y retrouver la présence rassurante d'une dague, qu'il n'aurait sûrement pas à utiliser en ce lieu.


-« Vous êtes un parjure, Coldtracker... Vous êtes le plus grand traître que la France ait porté, et Dieu merci, le Pair de France dont vous vous targuez d'avoir tranché la main n'était pas connu pour avoir une grande formation militaire, de celles que la Chevalerie ou le long service d'un Ost donne. A vaincre sans péril...»

*Ils vont trop loin.* Ce fut la pensée qui luy traversa l'esprit, et le sortit de sa momentanée léthargie. S'ils continuaient, ces deux là allaient en venir aux mains, au nom d'un ancestral conflict franco/breton qui estait pourtant depuis quelques semaines terminé. Si l'esclandre dérapait en rixe, le Balafré ne donnait pas cher de leur peau à tous les deux, entourés qu'ils estaient de bretons émêchés.

Il suffit, Messeigneurs.

Le ton est neutre, la voix calme, mais le Penthièvre s'impose. Il retient Cristòl par le bras que celuy-ci avait agrippé, juste quelques secondes, le temps de leur exposer ses propres griefs. Les dévisageant tour à tour, il ajouta à leur litanie haineuse, expurgeant son propre verbe pour ne rien aggraver à la situation :

Maël, accepte mes excuses. C'est moy et non mon jeune ami qui ai causé de la Princesse et bientost Marquise en des propos fort peu... convenants.
A ma décharge, j'ignorais qui elle estait avant que mon ami ne me renseigne ; Je suis garant de ce dernier, sache bien que de son éducation, jamais il n'aurait manqué de respect à un membre de la famille Grand-Ducale, d'autant que le Royaume est désormais en paix avec Breizh... Tu t'es trompé sur ses intentions.


Petit intermède silencieux. Son regard intercepte celuy du jeune Comte, et luy murmure de son silence à la fois reproches et gentilles moqueries.

Accepte également mes excuses pour le propos du jeune Siàrr. Il est le fils de Rekkared, l'archiviste, et un valeureux Chevalier. Il manque de tempérance dans ses opinions parfois, comme certains Bretons dans les leurs... Ne luy en tiens pas rigueur, tous les Nobles de France n'ont pas comme moy la chance d'avoir pu très tost ouvrir leur esprit à une aultre version de l'histoire, à une aultre culture que la leur.

Peu importe la réponse du colosse, il faut partir. Alors, il le gratifie d'un fin sourire, le mesme qu'il adresse au fils de France et du Languedoc un peu trop fougueux en pareille occasion. Sa main flatte l'épaule du Maréchal de Retz, avant qu'il ne se laisse attirer par un Cristòl furieux.

Kenavo, Vicomte. Viens à Couesmes si tu traverses l'Anjou. Tu y seras toujours reçu en ami.

[Désolé pour le délai de reponse]


Dernière édition par La Balafre le Lun 24 Nov 2008 - 14:21, édité 2 fois (Raison : mise en forme et correction tardive)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deminerve

avatar

Nombre de messages : 1151
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Nom: D'Eaglia
Prénom: Deminerve
Province:

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 12:07

Deminerve écouta attentivement, comme l'année dernière, il y avait des tensions dans la salle.

Près d'Avignon...vous avez échappé à un danger!. C'est le repère des brigands, et autres malandrins. Ils attendent les grands venant à Avignon, et tentent d'alléger leur poids. Somme toute, semblable aux autres de leur espèce.

Deminerve réfléchit un instant, Ingeburge ne devait pas à être à Carpentras.

Nous serions ravi de vous donner l'hospitalité en notre chastel, si l'on peut le nommer ainsi. M'accompagneriez-vous, dans ce cas, vers le banquet?

Deminerve sourit amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edorazio

avatar

Nombre de messages : 759
Province : Provence Libre
Ville : Marselha (tombe) / Avinhon (âme)
Date d'inscription : 03/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Da L'Escala
Prénom: Edorazio Pablo Michaëlangelo
Province: Provence Libre

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 12:56

Edorazio, du coin de l'oeil, avait observé la réaction d'Eracle. Le moinillon était... soufflé, pour le moins. L'attitude de sa soeur devait probablement lui poser un sacré dilemne moral, théorique et pratique.

Se désintéressant de cette "vengeance" doucereuse, il préféra claquer un baiser sous l'oreille de son fils. Il avait fort grandi, depuis un mois... depuis presque quarante jours, en réalité.


Finalmente ! Je bouillais d'impatience de vous retrouver... Yluxe n'est point avec vous ? Hum... passerions-nous à table, ou attendrons-nous ? C'est que, il faut manger beaucoup, pour devenir grand et fort comme ton Père, Alessandro !

Le vieux guerrier éclata de rire : grand ? Il ne l'était certainement pas.
La plupart de ces bretons le dépassaient d'une bonne tête. Cela l'impressionnait, quand il était jeune... plus maintenant. Il savait que si les hommes des régions septentrionales étaient plus grands que les méridionaux, plus dure était leur chûte.


Ah, je suis désolé, mon fils, mais je ne peux te prendre sous mon bras. Ton père est blessé... quoique... Tina, te mettrais-tu à ma gauche ? Il en a tellement envie... et moi aussi, je suis forcé de l'avouer. Vous m'avez manqués, tous les deux.

Des mièvreries... mais que dire d'autre ? Altina posa sa petite main, si douce, sur le bras gauche en atelle de son fiancé, et il pu porter contre son torse son fils unique... qui n'était actuellement que son bastard. Cette pensée le fit froncer des sourcils.

J'ai encore une ambassade sous ma griffe... le statut d'Ambassadeur étant le plus officiel de ceux que j'accumule, on va pouvoir l'utiliser pour être bien installés, venez.

Hum... Altesse, il semblerait que votre mère soit allée vers le banquet, en compagnie de quelques uns.


Edorazio admira la réaction de sa promise : la mention du titre du Prince ne lui tira aucune bouffade, et elle ne rougit pas. Décidément, il avait choisi la bonne. Ne pouvant y résister, il lui glissa un baiser, pas tellement chaste que ça, entre la nuque et l'épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maël De Morrigan-Montfort

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 14:04

Maël réussit à sourire à Tithieu et opina du chef...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystale

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 15:07

Citation :
Près d'Avignon...vous avez échappé à un danger!. C'est le repère des brigands, et autres malandrins. Ils attendent les grands venant à Avignon, et tentent d'alléger leur poids. Somme toute, semblable aux autres de leur espèce.

-Vous me voyez soulagé d'avoir échaper au pire. Mais je n'ai que très peu de bagage et en faite, toute ce que je possède est dans l'alcove de Dame Véro de Beausoleil.

Les gens commencaient à se déplacer vers le fastueux repas mais Crystale n'arrivait pas à détacher ses yeux de ceux de son interlocuteur. Depuis ce fameux jour ou elle avait prit la route, elle se sentait libre de tous tracas.

-Nous serions ravi de vous donner l'hospitalité en notre chastel, si l'on peut le nommer ainsi. M'accompagneriez-vous, dans ce cas, vers le banquet?

Crystale s'aperçu qu'elle le fixait toujours et la belle tourna alors son regard vers la pièce adjacente ou d'immense table surlesquelles tronaient diverse plateau débordant de fruits, de volailles et autres délicieuse friandises qui lui faisaient envis.

- Volontier, il me tarde de gouter à tout cela...

Crystale rossit légèrement. Elle pensa qu'elle venait à l'instant de manquer de classe et surtout de tacte en jetant son dévolu ainsi sur un banquet, plutot que de remercier Deminerve pour le gite si aimablement offert.

Oh! Pardonnez moi ... Il dois y avoir bien deux ou trois jours que je n'ai point mangé... Je serais honoré d'accepter votre proposition et de me rendre en votre "chastel". Un peu de repos et surtout une nuité confortable ne me fera pas de tord

Crystale se rapprocha donc de Deminerve et lui offrit son bras, sourire aux lèvres et le coeur en fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tizo.

avatar

Nombre de messages : 41
Province : Rouergue
Ville : Millau
Date d'inscription : 30/07/2008

Feuille de personnage
Nom: Van de Kamp
Prénom: Tizo
Province: Rouergue

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 18:02

Tizo arriva avec du retard mais heureusement pour lui le Marquis n'avait pas débuté son discours. Il était venu représenter le Rouergue et était un peu perdu dans la masse et cherchait des visages familiers comme celui de son homologue provençal. Il y avait tellement de monde qu'il finit par s'asseoir en attendant le discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
max_xyl

avatar

Nombre de messages : 126
Province : Provence
Ville : Forcalquier
Date d'inscription : 25/05/2007

Feuille de personnage
Nom:
Prénom:
Province:

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 20:06

Belissende avait sourit et lui avait dit :

Bien volontiers mon Cher Max , c'est un grand honneur pour moi , j'espere seulement que tu n'auras pas trop honte de te promener à mon bras ....

Je vois que le banquet est ouvert , çà serait bien de se meler aux autres , on passera un peu plus inaperçus ....


Honte ?
Mais jamais de la vie, je suis très flaté de t'avoir à mes côtés.


Tout en se dirigeant vers le buffet, ils saluèrent de nombreuses connaissances.
Il était vraiment fier d'avoir une aussi charmante Dame à son bras.
Il saisit deux grand verre d'un vin pétillant dont il ignorait la provenance, en tendit un à sa cavalière et lui proposa de boire à leur santé.


Il sourit

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 23:07

Belissende sourit doucement à Max en l'entendant lui dire

Citation :
Honte ?
Mais jamais de la vie, je suis très flaté de t'avoir à mes côtés.

Elle le laissa donc la guider vers la salle du banquet ...
Max salua au passage des connaissances à lui et communes à eux deux ...

Elle etait heureuse et fière de pouvoir être aussi bien accompagnée ce soir et ses joues etaient toutes roses d'emotion.


Max lâcha momentanement son bras et elle le vit attrapper au passage deux verres de vin petillant .
Il lui en tendit un et ils trinquerent tous les deux , heureux d'être ensemble et complices...

Beli lui sourit tendrement


A notre santé mon Max et à la Provence Libre et Independante...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Lun 24 Nov 2008 - 23:27

Alors qu’il allait expliquer la raison de sa blessure ils parvinrent à rejoindre Lysamaelle, le galant vassal ne put s’empêcher de faire le baise main à sa suzeraine.

Bonser Ma Dame, mes hommages et touts mes vœux de bonheur pour vostre famille.
Puis remarquant son état de fatigue.
Je crois que l’on a commencé à servir le banquet, il y aura très certainement des places pour vous permettre de trouver un peu de repos.

Alors qu’ils marchaient en direction du banquet il leur expliqua donc la raison de sa blessure.
Cela ! dit il en jettant un regard à son bandage Un guet apens au sortir d’un bosquet sur la route entre Vannes et Rohan.
L’on ma transporté à l’espital de Rohan, où officie Donà Lusiana de Walsh de Serrant. Ses bons soins m’ont permis de venir jusqu’ici et profiter de vostre bonne compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Deminerve

avatar

Nombre de messages : 1151
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Nom: D'Eaglia
Prénom: Deminerve
Province:

MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Mar 25 Nov 2008 - 0:49

Deminerve, très souriant, prit le bras de la jeune Savoyarde. Pour une fois, il ne serait pas seul à une table. Il se dirigèrent vers les tables, le Senher regarda les invités. Il aurait pu, faisant valoir son titre de Conseiller aller à la table de Marquis, mais la Sénéchal regardait qui venait s'y installer.

J'aperçois le Senhor Max_Xyl, vous verrez, sa compagnie est très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   Mar 25 Nov 2008 - 21:19

Kalanquin allait enfin se marier ! … Rethy ne pouvait se détacher de cette pensée fort heureuse. Certes, il avait de la peine pour duchesse Sherry…Mais intérieurement, il se promit de protéger celle-ci et son futur enfant des bassesses de la Vie.

Il regarda autour de lui…Que de monde ! Il avait reconnu Deubs, aperçut Natale, rit avec Edorazio, Altina et Eracle…Mais sa jeune épouse, Yluxe, n’était pas encore apparue…La sachant gourmande, il espérait la retrouver au banquet…

Il fendit la foule, et se dirigea tout naturellement vers le Lieu des Délices.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discours du Marquis et de la Comtesse {22 Novembre}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Le discours d'une Comtesse
» Anthologie des grands discours. ( a faire vivre)
» Comtesse Emanuelle Von Liebewitz
» Lettre publique à la comtesse Illustre.
» Discours du lieutenant Galean d'Arles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château d'Avignon :: VILLE D'AVIGNON :: Grande place d'Avignon-
Sauter vers: